frenelites

 LE PASSE AU SERVICE DE L'AVENIR

 

BON ACCUEIL doit sa naissance à deux toulonnaises, les demoiselles PETER.

Devant la détresse de nombreux enfants qui, dans les rues de Toulon, au siècle dernier étaient livrés à eux-mêmes et exposés à toutes les misères humaines et morales, Lucie et Constance PETER songent à créer une œuvre pour accueillir ces jeunes et assurer leur éducation.

C'est en 1913, qu'entourées de conseillers sûrs et dévoués qui les encouragent dans leur projet, elles font choix de l'ancien couvent Sainte Philomène, au Mourillon, pour y accueillir leurs premiers protégés.

bonacc sepia

Vient la guerre de 1914, leur maison se remplit d'une multitude de petits réfugiés parisiens. Bientôt les demoiselles PETER doivent quitter ces locaux devenus trop petits. Elles feront alors l'acquisition d'un domaine de 4 hectares, boulevard Jules Michelet.

C'est en 1924 que s'élèvera le premier bâtiment qu’elles appelleront "BON ACCUEIL".

Parmi ces jeunes en danger moral, il y a ceux qui, déjà, ont sombré dans la délinquance : pour eux, les demoiselles PETER feront construire en 1926 un deuxième bâtiment dans cette propriété: " La Solitude ".

L'œuvre ne connaîtra pas que des jours faciles. D'énormes difficultés lui seront crées par les Pouvoirs Publics. Aussi, en 1936, les demoiselles PETER, sur le conseil de Monseigneur SIMEONE, Evêque de Toulon, feront appel aux Salésiens de La Navarre, près de La Crau.

Le Directeur de La Navarre, avec l'accord de ses supérieurs, acceptera d'envoyer un aumônier, avec deux confrères, pour prendre contact; et le 25 septembre 1937, les Salésiens prennent la direction de l'Œuvre.

Fidèles à leur vocation d'aider les jeunes, les Salésiens vont alors ouvrir différentes sections d'apprentissage pour répondre aux besoins de la population scolaire de l'aire toulonnaise.

C'est ainsi que l'on ouvrira à " La Solitude" une section apprentis avec des ateliers de menuiserie, de tailleurs, de cordonnerie, ainsi que de jardiniers et, à côté de cette section d'apprentis, s'ouvre à Bon Accueil une section "Ecoliers".

 

journal def

Avec la guerre qui éclate en 1939, les salésiens mobilisables rejoignent leurs Corps. Le bâtiment Bon Accueil est alors réquisitionné par la Marine et les élèves sont regroupés à " La Solitude".

En 1943, l'ensemble des bâtiments est occupé par les autorités allemandes et les salésiens avec les enfants se réfugient à La Navarre. Le 18 Août 1944, l'autorité militaire allemande, considérant que les bâtiments se trouvaient dans la ligne de tir des pièces d’artillerie installées au Fort Lamalgue, dynamitent les deux bâtiments de Bon Accueil et de la Solitude.

Il faudra attendre 1946 pour que les Salésiens, animés par les demoiselles PETER, décident de reprendre l'Œuvre. Trois religieux vont rejoindre Bon Accueil. On ouvrira le patronage, quelques classes primaires dans les locaux épargnés par la guerre et des ateliers, avant d'entreprendre la construction d'un nouveau bâtiment qui sera financé par les pouvoirs publics au titre des « dommages de guerre ».

A la mort des demoiselles PETER, les Salésiens vont reprendre et développer la mission entreprise par celles-ci et mettre en place l'Œuvre Salésienne Bon Accueil qui se composera de plusieurs Associations au service des jeunes.

 

Pour répondre aux exigences nées des contrats passés en 1968 pour l'Ecole et le Collège, les Pères Salésiens vont faire appel plus amplement à des laïcs et progressivement leur confier des postes à responsabilité, et notamment la direction des Etablissements scolaires.

Cette collaboration va permettre un important développement de Bon Accueil et donner un nouvel essor qui se confirmera par la suite. C'est ainsi que les effectifs de l'Etablissement scolaire passent de 100 élèves en 1945 à 300 élèves en 1956 pour atteindre 1100 élèves en 1990.

 

Les constructions qui se développent à partir de 1953 montrent le dynamisme de l’établissement pour faire face non seulement à la demande scolaire, à laquelle répondent l’Ecole et le Collège, mais aussi à l'encadrement des jeunes du quartier accueillis au Patronage.

Cette collaboration Salésiens - Laïcs à permis de développer à BON ACCUEIL, une pédagogie originale et de constituer un encadrement qui travaille dans un esprit spécifique, s'inscrivant dans le sillage de Saint Jean BOSCO. 

Back to top